James WOOD

compositeur

SAISON 2022-2023

SAMEDI 21 JANVIER | 19H

MINIATURES EN MIROIR

James Wood étudie la composition avec Nadia Boulanger à Paris de 1971 à 1972, avant d’intégrer l’Université de Cambridge pour étudier l’orgue jusqu’en 1975. Il étudie ensuite la direction d’orchestre et la percussion à la Royal Academy of Music à Londres de 1975 à 1976.

Il dirige la Schola Cantorum d’Oxford de 1977 à 1981 et il fonde en 1981 le New London Chamber Choir qu’il dirige pendant vingt-six ans et avec lequel il réalise de nombreux enregistrements d’œuvres de musique contemporaine et de la Renaissance. Il enseigne la percussion à Darmstadt entre 1982 et 1994 et fonde le Centre for Microtonal Music de Londres et son ensemble le Critical Band qu’il dirige de 1990 à 1994.

Il a été invité en tant que chef à diriger de nombreux ensembles, en particulier Musikfabrik, le London Sinfonietta, l’Ensemble intercontemporain et Champ d’Action. Il a également dirigé de nombreux chœurs de chambre tels que le RIAS Kammerchor, le Netherlands Chamber Choir, Cappella Amsterdam, le Latvian Radio Choir, l’Helsinki Chamber Choir, le Collegium Vocale Gent et Vocalconsort Berlin, dans un répertoire couvrant la période du XVe siècle à nos jours.

En 2002, il dirige le Netherland Radio Choir au Concertgebouw d’Amsterdam dans la création mondiale des Engel-Prozessionen de Stockhausen, œuvre qu’il reprend en 2011 avec Cappella Amsterdam et l’Estonian Philharmonic Chamber Choir dans le cadre de la création mondiale scénique par l’Opéra de Cologne de l’intégrale de Sonntag aus Licht.

En tant que compositeur, James Wood écrit pour tous les genres de musique et en particulier pour la percussion.

Il a reçu des commandes des Proms de Londres en 1989 pour sa pièce orchestrale Oreion, pour grand orchestre et en 1995 pour Two men meet, each presuming the other to be from a distant planet, un concerto pour percussion et vingt-quatre instruments.

Il s‘intéresse également à la conception et à la construction de nouveaux instruments et à partir du milieu des années 1990 au travail sur l’électronique : en 1996, il reçoit une commande de l’Ircam, Mountain Language, pour cor des Alpes, cloches de vache, clavier midi et électronique*.* Cela marque le début d’une série de pièces avec électronique, parmi lesquels Séance (1996), pour soprano solo, vibraphone MIDI, chœur et électronique, Jôdo (1998-1999), une œuvre de théâtre musical pour percussion, soprano et électronique et Autumn Voices (2001), pour violon et électronique .

Son premier opéra Hildegard (2002-2006), commandé par le New London Chamber Choir et Champ d’Action, et dont le livret est composé d’un patchwork de textes et de lettres d’Hildegard von Bingen et de textes bibliques et médiévaux, a été conçu pour être exécuté dans des abbayes et cathédrales et a été joué au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Belgique.

Son second opéra, Gulliver (2011-2014), sur un livret de Paul Griffiths, commandé par l’ensemble Insomnio et le Fonds Eduard Van Beinum, est basé sur le roman de Jonathan Swift Gulliver’s Travels.

Pendant la composition de son dernier opéra, il a également écrit plusieurs nouvelles œuvres pour percussion, notamment une œuvre de trente-cinq minutes pour ensemble de percussions, Cloud-Polyphonies, commandée par un consortium d’universités américaines.

De 2008 à 2011, il a entrepris la reconstruction des deux voix manquantes du Cantiones Sacrae Liber Secundus (1603) du compositeur italien Carlo Gesualdo. Ce travail a abouti à l’enregistrement intégral du Liber Secundus par le Vocalconsort Berlin. Paru chez Harmonia Mundi en 2013, le disque a reçu le prix ECHO Klassik dans la catégorie « enregistrement de l’année pour chœur ».

James Wood a reçu le prix Lili Boulanger Memorial (1979), le Gemini Fellowship pour la composition (1993), l’Arts Foundation Fellowship pour la composition électroacoustique (1996) et le Prix de la Foundation Holst (1996).

61/62